Chasse au trésor – indice supplémentaire

Publié le 7 septembre 2013, dans Chasse au Trésor

Comme certains ne sont pas loin de trouver la contremarque, voici un petit indice supplémentaire :

- Chercheur, il te faudra t’équiper comme un jardinier de balcon pour dénicher ton précieux.

_MG_1807

_MG_1799

4 Réponses à “Chasse au trésor – indice supplémentaire”

  1. Tatal septembre 8, 2013

    Pam, pam , pam…

  2. Tatal septembre 10, 2013

    Bon, voilà. Ne cherchez plus. De toute façon, je devais être un des rares, vu votre motivation. J’ai le trésor.
    C’est un fanion « sixpiedssurterre ». Et vous vous demandez (ou pas) où, comment et pourquoi ? Eh bien la réponse est on ne peut plus simple. Par hasard…

    L’indice n°1 était une carte postale avec une carte de la Sardaigne dessus : l’indice c’est qu’il faut une carte. Mais d’où ?

    L’indice n°2 parlait d’un maréchal de France, 13 fois seigneurs : bien sûr, on parle ici de Gilles de Rais, le plus connu des barons de Retz dont vous trouverez la liste 13 domaines sur le wikipédia, dans les internets. Au moins, le trésor est quelque part en pays de Retz. Sus à vos cartes sur google maps, encore dans les internets.

    L’indice n°3 est tellement évident que j’en parle même pas. Bon, en fait j’ai rien pigé. Mise à part que j’ai fini par me dire que ce qui n’est pas roi est un prince et que le numéro unique est le 9. Parce que y’a un lieu dit près de la forêt que de Princé qui s’appelle le « princé neuf ». Mais je suis tombé dessus par hasard beaucoup plus tard.

    L’indice n°4 parle de lui-même. Mais j’ai rien compris encore. Une histoire de 4+1 chemins, plus une biche dans la forêt. Et ça tombe bien, dans google maps (toujours) je suis tombé au pif sur une route qui s’appelle « la biche » et qui passe en bordure de la forêt de Princé ! C’est fou ça…

    L’indice n°5 est formidable : « Le GPS ne te sera d’aucun secours, sauf pour tracer le 5220,5. » Alors, là. Fallait le sortir… Grosse déprime de tout le monde à ce moment là. Même les internets réunis ne peuvent nous aider. Ou alors je ne sais pas comment. Après avoir étudié la suite de Garibaldi appliquée à la formule de Boltzmann dans les champs thermodynamiques, normal quoi, je n’ai toujours pas pigé. Ou alors c’est juste la date de la fin du monde – mai 5220 en l’occurrence. Donc, pas de quoi s’attarder.

    L’indice n°6 est indispensable : « Une croix ne donne pas forcément l’emplacement mais un triangle si, grâce à la fée électricité. Le lieu tant recherché s’y retrouve enfermé. » Tout le monde sait qu’un triangle est une île en système cartographique et qu’une fée enchante le monde. Ou alors ça parle de GPS. En fait, rendu à cet indice je suis toujours pas plus avancé, même si je pense que le trésor ne peut être que quelque part en forêt de Princé. Pourquoi ? Parce que tout le monde sait qu’Elo est une fée qui a rencontré son chevalier nomade Max dans le cadre sylvestre et secret des ombres vertes, et que dans une poignée de terre fertile ils virent ensemble leur futur…

    Bref, l’indice n°7 est définitivement définitif : « Chercheur, tu touches au but ! Par l’entrée ouest, comptes 2 ponts. Depuis la fin de la balustrade droite, qui te donne la direction, comptes 22 grands pas et ton trésor t’attend sur la gauche dans ce que fut un arbre. » C’est avec cet ultime indice que je me suis précipité en forêt de Princé, un peu au pif en me disant que peut-être j’y trouverai quelque chose qui fait « tilt ». il fallait que l’intuition soit bonne déjà. Et après une petite promenade par-ci par-là, où j’ai trouvé un monolithe et une croix vendéenne entre autres (2000 vendéens sont morts dans ces bois il y a deux siècles !), voilà que ma quête n’avance guère. Pour finir, je décide de passer au Princé Neuf. J’y trouve des chevaux et une belle demeure. Donc, je demande à un local quelques renseignements.
    « Mon brave… oui, vous là, le gueux qui vous vautrez dans la fange… Vous qui connaissez bien les us et coutumes de cet endroit sauvage empli de bêtes féroces et de cauchemars sur pattes, pouvez-vous me dire s’il y aurait, par pure coïncidence, des ponts dans le coin de verdure où nous sommes ?
    - Cher visiteur, voulez-vous dire par ces exquis mots qui sortent de l’enclos de vos dents, tels les chants oubliés de poètes antiques dont l’écho n’a d’égal que le doux silence des anges, et sont source de joie pour tout habitant de la forêt à poil, à écaille ou à aile, signifiez-vous, donc, une petite construction de bois qui pourrait servir à passer par-dessus un péril, voire une nappe d’eau ou un gouffre sans fond, et permettre au noble promeneur que vous êtes de franchir mille dangers ?
    - Euh… non. Je cherche des ponts. Vous voyez, pour passer par-dessus des trucs… imbéciles !
    - Noble Vous. Prenez le chemin que je vous indique et vous tomberez sur les Îles Enchantées que vous cherchez.
    - Les péninsules fantastiques, dites-vous ?
    - Par-là… »
    Bon, bref. Toujours est-il que ce nom semi-magique intrigua le mage que je ne suis plus et que j’y filai dans ce petit bois. Eh oui. Je n’ai aucun mérite. Car à peine arrivé, je trouvais deux ponts, une balustrade qui s’orientait et au bout de 22 pas, plusieurs souches. Et c’est là le problème. Le soleil se couchait, les moustiques se levaient et je n’avais que mes mains nues…

    Indice + : « Chercheur, il te faudra t’équiper comme un jardinier de balcon pour dénicher ton précieux. »
    Vous l’aurez compris, ce premier soir, j’avais trouvé l’endroit qui correspondait très précisément au dernier indice, mais n’ayant pas les mêmes pas que Max et fouillant jusqu’au sang dans le doute plusieurs souches, je n’avais point la contremarque. En fait, deux souches paraissaient propices à l’enfouissement du trésor. Et revenant deux jours après avec mes outils de jardiniers je fouillais la bonne (photo aidant) et malgré tout, le petit récipient en verre était planqué super loin ! J’ai raclé quelques tonnes de terre, viré un énorme champignon vénéneux qui gardait la gauche du trou dans la souche…
    Tout est nomade qui finit sédentaire, j’ai fini par l’avoir. Et tout ça, sans vraiment suivre tous les indices… quelle honte !
    Cependant, je tiens à remercier Jey & Aurélie et Jaak & Mélanie qui ont réfléchis, sans plus de succès que moi, à certaines pistes. Mais qui m’ont fait confiance. Vivement le trésor !!

Laisser un commentaire


trois + = dix