Grèce – partie 1

Publié le 14 mai 2013, dans Grèce 2013
mg_3583

Quand vous recherchez une destination pour vos prochaines vacances, la plupart des suggestions tournent autour de ces propositions :
- Ha moi, j’aime la mer bleue azur …
- Moi, je préfère la montagne pour les randos.
- Quand il y a une piscine pour se rafraîchir, c’est cool !
- Moi, il faut que ça bouge la nuit. A chaque soir, un nouveau bar !
- S’il n’y a pas de palmier, je n’y vais pas !
- Ma femme a besoin d’une mer calme et assez chaude pour s’y baigner.
- La plage bien sûr, mais avec des galets.

Et bien on peut dire que les îles ioniennes sont là pour vous satisfaire.

mg_3682

Mais rassurez-vous, notre séjour en Grèce n’a pas toujours été si idyllique.
Après une traversée sans encombre sur une mer calme digne d’un lac, nous avons débarqué à Patras. L’alphabet et la linguistique changent, l’horaire saute d’une heure, seule la monnaie ne change pas (enfin pas pour le moment).

mg_3518
mg_3521
mg_3523

Mais ça, c’était bien avant le drame.
Nous sommes partis de l’Italie le cœur gros, mais les sacoches bien légères. N’ayant pas pu faire les courses à Brindisi, nous essayons de rejoindre le centre de cette ville portuaire pour faire le plein car nous sommes littéralement à vide. Sauf que ce weekend-là, et pas un autre, c’est celui de Pâques pour la religion Orthodoxe. Et là où en France cette fête religieuse chrétienne rime avec week-end prolongé et joie des commerçants et autres restaurateurs ; en Grèce c’est le blackout total ! Nous arrivons dans un no man’s land, ou plutôt un all shops closed, qui va durer 4 jours !

mg_3527
mg_3531
mg_3532

Heureusement quelques très rares autochtones ouvrent leurs portes et nous parvenons à acheter un peu de pain, de l’eau, de la brioche (car par contre quelques pâtisseries sont ouvertes) et à trouver 1 seul restaurant « ouvert » car il accueille sa famille à manger.

mg_3533
mg_3529

Après avoir fait le plein de calories, il nous faut reprendre la route pour les îles ioniennes, direction le port de Killini à 90 km.
Seulement voilà, il fait très chaud (aux alentours de 30°C), et notre carte de la Grèce n’est pas très détaillée. Pas facile de s’y retrouver et de s’orienter sur les routes secondaires qui plus est dans une langue dont on ne comprend mot. Heureusement, beaucoup de Grecs parlent anglais et les noms des villes sont quasi systématiquement doublés dans la langue de Shakespeare. Enfin pour couronner le tout, Timéo est malade. Il a chopé un bon rhume grâce à la climatisation trop forte dans le ferry … la tension de la petite tribu monte d’un cran.

mg_3540

La route n’est pas toujours très bonne, notre premier bivouac en Grèce non plus. Toujours est-il qu’une fois arrivés à Killini, petite inspection de la roue arrière du tandem qui s’avère avoir 1 rayon cassé. Inutile de vous rappeler que tout est fermé, que nous avons des rayons (merci Patrick) mais que nous n’avons pas de quoi démonter la cassette de la roue arrière ; chose indispensable quand on casse un rayon côté pignons. Nous voilà donc piétons, fatigués et malades (Timéo enrhumé et Maxime aussi avec une crise d’allergie) … la tension de la petite tribu monte encore d’un cran.

mg_3539

Heureusement, la vie insulaire qui nous sied tant va inverser la vapeur.

mg_3554

Après une bonne heure de traversée, nous arrivons sur l’île de Zakynthos (Zante). La ville de Zakynthos est assez récente, comme la plupart des villes de la région, suite à un dévastateur tremblement de terre dans les années 50. Les habitants restent néanmoins très accueillants et surtout serviables. C’est ainsi que nous parvenons à réparer le tandem à l’aide d’un loueur de vélo malgré qu’il soit fermé en ce mardi de Pâques.

mg_3557
mg_3594
mg_3600
mg_3603
mg_3605
mg_3613
mg_3606
mg_3611
mg_3561

L’île est célèbre pour sa côte sud qui est le lieu de ponte des tortues Caretta caretta. Cela fait 150 millions d’années que cette espèce, actuellement en voie de disparition, vient seulement ici la nuit pour déposer ses œufs sur le sable des plages de Laganas et de Vasilikos. C’est pour nous l’occasion d’enfin se baigner dans la douceur de la mer ionienne.

mg_3565
mg_3566
mg_3570
mg_3573
mg_3574
mg_3576

Seulement voilà, Zakynthos est très prisée des touristes et surtout le développement s’est fait au détriment du respect de la nature. A tel point que sur Laganas on n’y retrouve pas moins de 2km de bars sans interruption. Nous l’avons aussi constaté plus au nord où les petites bourgades de bord de mer affichent maintenant des bars à perte de vue (il y a même un Subway pour les déjeuners du Jeudi du Oueb et de l’Okapi).

mg_3589

L’île garde tout de même son charme avec de belles plages et une ambiance très estivale.

mg_3587
mg_3588
mg_3585
mg_3591
mg_3582

Comme il nous faut retourner à Killini pour aller sur l’île de Kefalonia, nous ne nous attardons pas sur Zakynthos. Le moral bien regonflé, nous repartons en ferry pour découvrir une île beaucoup moins touristique.

mg_3619
mg_3622

Nous arrivons un peu tard au port de Poros, mais sur une partie de l’île peu fréquentée. Et quel soulagement de découvrir des paysages encore vierges avec seulement une toute petite route qui longe la mer … on se croirait en Ecosse.

mg_3625
mg_3626

Durant 5 jours, nous allons parcourir quasiment toute l’île, enfin ce qui nous est accessible pour nous à vélo.
La côte sud nous offre quelques beaux panoramas, entre la montagne et la mer, nous enchaînons les kilomètres, malgré qu’Elodie se traine un mal au ventre depuis 3 jours. Nous n’avançons pas très vite, heureusement que la météo est clémente, il fait un peu trop chaud pour rouler en début d’après-midi, du coup nous recherchons des coins à l’ombre pour les pauses du midi.

mg_3633
mg_3634
mg_3638

Nous parvenons tout de même à rejoindre la principale ville de l’île, Argostoli. Ville nouvelle aussi, qui est dissimulée derrière une longue péninsule. Du coup, le bord de mer ressemble plutôt à un lac, on se croirait presque au lac d’Annecy avec la montagne en toile de fond.

mg_3646
mg_3653
mg_3654
mg_3649
mg_3650
mg_3652

Il y a un bac qui permet la traversée de cette grande baie pour passer sur la partie ouest de l’île en 40mn seulement. Notre guide nous indique une belle plage de sable rouge à Xi. Nous y ferons une étape avant de continuer vers le nord, le temps de trouver un bel emplacement pour bivouaquer.

mg_3655
mg_3658
mg_3660
mg_3662
mg_3664
mg_3666

La route vers le nord est parsemée d’embuches, enfin surtout de côtes ardues. Il nous faut pousser le vélo à plusieurs reprises. Les grecs ne sont pas des adeptes des pentes douces, normal ils sont tous motorisés. La compensation est une nouvelle fois sur les panoramas, ils sont à couper le souffle …

mg_3668
mg_3673
mg_3675
mg_3677
mg_3678
mg_3682
mg_3684
mg_3689

Kefalonia island from sixpiedsurterre.fr on Vimeo.

Nous nous risquons même à faire une étape dans un des rares villages encore pittoresques, dont le séisme n’a pas fait de ravages. C’est parti pour 3,5 km de descente à 10-20%, c’est dangereux, il nous faut même descendre du vélo pour refroidir les freins. Asos offre une quiétude des petits villages de pêcheurs pas trop touristiques, surtout en cette saison.

mg_3705
mg_3706
mg_3709
mg_3710
mg_3711
mg_3712
mg_3718
mg_3719

Nous trainons à repartir, car la perspective du retour ne nous enchante guère. En effet, 1 heure de marche à pousser le chargement nous attend. C’est très éprouvant !

mg_3690
mg_3692
mg_3704
mg_3720

Nous continuons vers le nord, direction Fiskardo, encore un autre village de pêcheurs pittoresque selon notre guide. Après quelques kilomètres, et de nombreuses chèvres plus tard, nous découvrons ce petit bijou qui est le point de chute très prisé des riches plaisanciers. Le village est très sympathique, assez touristique, mais en cette saison, un lundi qui plus est, nous découvrons les ruelles et boutiques avec tranquillité.

mg_3693
mg_3695
mg_3696
mg_3681
mg_3721
mg_3723
mg_3724
mg_3726
mg_3738
mg_3739
mg_3742

Nous nous offrons même le luxe d’un repas au restaurant avec des spécialités grecques. Au menu, sardines grillées pour Elodie, poisson avec légumes froids pour Maxime, et les indémodables frites pour Timéo. Pour arroser tout cela, un vin blanc local, le Robola, qui est excellent !

mg_3746

Pour terminer notre tour de l’île de Kefalonia, nous partons en direction de Sami qui au creux d’une baie accueille un camping qui va nous permettre de recharger nos batteries (dans tous les sens du terme) et de visiter le lac Melissani. Aussi appelé lac des nymphes, car ancien lieu de culte du dieu Pan, cet endroit absolument superbe nous a laissé coi tant par la quiétude qu’il dégage que par ses couleurs.

mg_3751
mg_3752
mg_3753
mg_3757
mg_3758
mg_3761
mg_3767
mg_3778

Enfin, nous avons pas mal réfléchi quant à la suite de notre voyage. Nous avons envie de prendre notre temps avant de partir pour la Suède, et sommes assez fatigués par les évènements accumulés. Du coup, nous allons faire l’impasse sur l’Albanie, car pas moyen de prendre le train si nous n’avons pas le temps de traverser le pays, et la seule partie qui nous intéresse est perchée à presque 2000m : nous n’en avons pas l’énergie !
Du coup, nous ferons un très bref passage en Italie en prenant le ferry pour Bari, afin de rejoindre directement le Monténégro et avoir un peu plus de temps en Croatie avant de prendre l’avion.

18 Réponses à “Grèce – partie 1”

  1. bichon mai 14, 2013

    c’est génial ! Allez à Santorin si vous pouvez !

  2. Tatal mai 14, 2013

    C’est bien, c’est bien… on sent que ça commence à devenir glamour et sexy, la chaleur monte. Je réclame donc plus de portraits, de bikinis et de t-shirts trempés de sueur ! Malgré les épreuves, les sourires sont n’ont pas disparu !
    Bisous !!

  3. Jacky mai 14, 2013

    Bonjour la petite famille,
    Continuez à nous faire rêver et vous, prenez en plein les yeux.
    Je vous reprocherai juste de ne pas nous avoir laissé un bout de soleil et de chaleur.
    Bonne route.

  4. Bernard mai 14, 2013

    Enfin des nouvelles vous nous manquez ………..

    C’est passionnant et très bien écrit …Bravo

    Gros BiBi
    le petit grandit

    • Six Pieds sur Terre mai 14, 2013

      Coucou Papi Bernard,
      Vous aussi vous nous manquez … et d’ailleurs un Joyeux Anniversaire.
      Bisous.

  5. Pierre mai 14, 2013

    J’ai aussi eu l’occasion de voir un beau panorama en me promenant dans le vignoble Nantais à vélo ce soir : la carrière de Gorges! Bon d’accord y’a pas la mer et y’a pas la même météo non plus… Le lac à l’air magnifique tout comme le reste de vos détours d’ailleurs, c’est toujours aussi agréable de vous lire… Bonne continuation…

    • Six Pieds sur Terre mai 15, 2013

      Salut Pierre,

      Sympa le commentaire sportif !
      Sinon un autre bel itinéraire à vélo pour toi, si ce n’est pas encore fait, longer la sèvres au départ du pont de gorges côté Le Pallet en direction de Clisson.
      @+.

  6. Amapeurriendimpossible mai 14, 2013

    Bonsoir,
    dommage que vous n’alliez pas plu sur le « continent » grec. Un retour aux sources de la civilisation, c’est pas mal. Mais je vous admire pour votre déplacement à la force du mollet… Bon courage et bon coup de soleil.

    • Six Pieds sur Terre mai 15, 2013

      Salut Roger,
      Merci de ton petit commentaire.
      Tu ne crois pas si bien dire, nous y allons de ce pas pour rejoindre l’île de Corfu.
      En prévision, un gros coup de vent dans 2 jour, il va falloir bien accrocher la tente.
      A bientot.

  7. L'Okapi mai 15, 2013

    Salut les voyageurs !
    Merci pour la dédicace ;)
    Et merci pour les photos, ça fait du bien de voir le soleil…
    Des bisous à vous 3
    L’Okapi

  8. Sonya & John mai 15, 2013

    et bien… pas facile facile ces dernières aventures, mais ô combien ça a l’air de valoir le coup question dose visuelle!
    c’est un régal de couleurs et on a presque envie de gouter tellement c’est appétissant!

    biensûr nous n’avons de cesse de saluer la performance sportive du cyclotourisme, surtout Elo qui a l’air d’en chier… (mal au ventre c’est pas cool, mais bon, Max avec son mal aux fesses c’était aussi handicapant?!?!) sans compter le vertige d’Elo qui n’a pas l’air d’avoir disparu vu le petit cri qu’on entend sur la video lorsque tu te penches pour voir la mer!!!!!

    courage les z’amis, les coups durs sont la rançon de cette belle aventure! On pense à vous!!! et merci pour ce fabuleux récit de vos aventures!

    bisous

  9. claire mai 15, 2013

    En effet, que d’émotions pour vous, je comprend qu’il doit y avoir des moments difficiles quand on voit vos péripéties; mais quelle récompense tous ces paysages magnifiques!
    D’ailleurs, à propos de paysages, on retient la performance d’Élodie pour avoir eu le courage de filmer une aussi belle vue! A entendre Timéo ça n’a pas l’air de l’impressionner tant que ça le vide…
    Tout ça pour dire, merci de nous faire partager votre aventure à travers ces superbes photos et ces récits dont on ne se lasse pas.
    Gros bisous à vous trois.
    Les « machecoulais »

  10. Marion mai 21, 2013

    Eh bah, que d’aventures ! Vous faites bien de sauter l’étape Albanie, reposez vous après toutes ces émotions.

    La vidéo est superbe, c’est très impressionnant. Les paysages sont fous, ca donne envie (mais juste pour les vacances, mes jambes ne supporteraient pas vos kilomètres quotidiens ^^).

    Je vous fais de gros bisous,
    Marion (dit le paquet)

  11. Maryvonne mai 22, 2013

    ouaou !!! donc il ne sagit pas de courage on est d’accord ??
    ni d’inconscience , non plus ???
    Alors je vote pour du bonheur !!!
    Des bisous des Pornicais

    • Six Pieds sur Terre mai 23, 2013

      Du bonheur oui ! avec une certaine force intérieure peut-être car en ce moment les mollets ont du mal à suivre…
      Bisous

  12. sylvie septembre 27, 2013

    Ces vacances n’étaient pas de tout repos, mais au final, que de bons souvenirs. Mon passage préféré est la visite du lac des nymphes, sur l’île de Kefalonia. Le décor est presque surnaturel. On aurait dit qu’une source de lumière se trouvait en-dessous de votre barque. C’est tout simplement féérique. Je salue néanmoins votre courage qui vous a permis de vous lancer dans cette aventure avec la petite famille. Ce n’est pas toujours évident avec un enfant.

Laisser un commentaire


+ deux = six