Le changement c’est maintenant

Publié le 1 juillet 2013, dans Suède 2013
mg_5534

Nous reprenons à notre compte cette expression rendue célèbre par notre actuel président qui lors de sa campagne devait incarner ce fameux revirement de situation. Loin du pays, nous ne savons si ce changement tant attendu opère, toujours est-il que François nous a parfois été « utile » lors de nos rencontres impromptues. Nous nous souvenons que dans les endroits fortement impactés par la crise comme le sud de l’Italie et la Grèce, Hollande a bonne réputation. Est-ce par une communication internationale réussie, ou par d’énièmes promesses qui prennent écho dans les régions qui souffrent de cette économie en berne ou encore tout simplement par son appartenance à une classe politique plus « sociale » ? En tout cas, les Français que nous sommes avec cette image de « changement » politique nous a estampillé sympathie et compréhension. Au risque de passer pour des gauchistes, cette expression nous sied bien, car nous aussi avons effectué des changements dans notre route initiale.
Au départ, nous voulions découvrir la Suède et ses paysages sauvages de Laponie. Seulement ces terres hostiles ne sont pas à notre portée. La seule solution était pour nous d’effectuer une partie du trajet en train, seulement voilà, le coût de la vie ici creuse notre budget qui s’amenuise sérieusement. De même nous avions initialement prévu de traverser l’Allemagne en train pour rejoindre Munich afin de reprendre l’Eurovélo 6 plus en amont. Restrictions budgétaires obligent nous devrons rentrer à vélo tout du long !
Mais cela ne nous effraie pas, bien au contraire, nous devrions donc parcourir des territoires inconnus qui méritent le détour comme le Danemark en suivant la North Sea Cycle Route depuis la Suède. Puis l’Allemagne de l’ouest et une partie de l’Alsace avant de reprendre l’Eurovélo 6.
Il nous reste donc encore quelques degrés de latitude à gagner vers le Nord pour atteindre la ville de Mora et la région du lac Siljan avant de reprendre le chemin du retour à proprement parlé. C’est donc un tout autre itinéraire qui nous attend que vous découvrirez au fur et à mesure.
Petite parenthèse à ce sujet, vous pouvez retrouver à partir de maintenant les itinéraires exacts que nous avons effectués jusque-là dans chaque région/pays dans les catégories correspondantes. En rouge ce que nous avons effectué à vélo, en rose les trajets en bateaux, en bleu ceux en train et en noir les trajets en voiture. Bien évidemment, les distances ne prennent pas en compte les nombreux détours et visites, et les dénivelés sont à prendre avec des pincettes en fonction du mode de transport utilisé.
- Sardaigne
- Sicile
- Italie
- Grèce
- Monténégro
- Croatie

Pour revenir à notre parcours suédois, notre quête vers les lac Siljian est parsemée d’embuches. Nous avons une nouvelle fois cassé un rayon sur la roue arrière ce qui dans notre malheur nous a permis une rencontre fortuite très sympathique. Une famille recomposée nous a accueillis au départ pour un accès à internet, puis pour un thé, puis pour piquer la tente et au final on aura même le droit à une douche chaude !

mg_5179
mg_5177
mg_5176

La région renferme beaucoup de sites archéologiques de l’âge de fer. Parmi eux on retrouve des pierres érigées et gravées qui donnaient des indications sur le lieu et les propriétaires. Elles pouvaient aussi symboliser un évènement particulier.

mg_5185
mg_5186
mg_5187
mg_5189
mg_5192

De même, on retrouve des vestiges de jeux d’époque comme un labyrinthe encore visible après plus de 2000 ans.

mg_5199

Comme nous vous l’avons déjà dit, la Suède est très agréable à vélo, surtout en ville où les cyclos et les infrastructures sont omniprésentes (il y a même de quoi gonfler ses pneus).

mg_5201
mg_5205
mg_5209
mg_5210

Nous l’avons particulièrement remarqué à Vasteras dont le cœur de la ville dévoile quelques monuments à l’architecture remarquable et un climat social qui rendent la promenade fort agréable. Nous en profitons pour changer la guidoline qui rend l’âme après 4000km par une autre achetée près d’un centre commercial.

mg_5206
mg_5211
mg_5212
mg_5213
mg_5217
mg_5226
mg_5233

Notre itinéraire se dessine au fur et à mesure des lieux pittoresques, et des routes secondaires qui parfois sont de magnifiques chemins bien stabilisés qui passent à travers champs et forêts : idéal pour le bivouac.

mg_5244
mg_5245
mg_5240
mg_5239

Comme la route peut parfois être un peu monotone, nous sommes à l’affût du moindre intérêt touristique comme les lieux classés patrimoine mondial par l’Unesco. C’est ainsi que nous visitons le petit village historique d’Engelsberg dont l’activité de fabrique du fer a fait la richesse du pays au 18ème siècle.

mg_5272
mg_5273
mg_5281
mg_5278
mg_5277
mg_5284
mg_5288

Et non loin de là une exposition à ciel ouvert permet de découvrir quelques œuvres d’art contemporain.

mg_5263
mg_5264
mg_5266
mg_5267
mg_5261
mg_5271

Notre parcours suit également les rencontres humaines, grâce aux réseaux Warmshowers et Couchsurfing nous avons l’occasion de passer d’excellents moments au cœur de familles suédoises totalement différentes. La première est une jeune famille hétéroclite avec un italien et une suédoise qui viennent d’acheter une ancienne ferme isolée dans la forêt à rénover. Simone et Hanna ont un bambin d’un an et demi et seul la jeune femme à un travail à temps partiel. L’immobilier n’est pas très cher comparé au niveau de vie global des suédois, pour peu qu’on ne choisit pas un lieu très prisé, on se retrouve vite avec une grande maison et un grand terrain pas plus cher qu’en France !

mg_5295

La deuxième famille est plus aisée et surement plus représentative de la population. Erik et Gittan ont 3 enfants et ont acheté une maison secondaire proche de Falun. Habitant le reste de l’année à Uppsala, Gittan est vétérinaire spécialisée pour les chevaux et Erik est un « dreamer » selon ses dires. En fait, il avait une société de vols en montgolfière et l’a revendue depuis peu. Son esprit bouillonne en permanence sur des projets et le dernier en date est de réhabiliter cette maison qui est une ancienne école.

mg_5435
mg_5301

L’ancien propriétaire était le frère de Gittan qui est artiste, du coup le rez-de-chaussée est encore resté en l’état avec son atelier qui remplit une ancienne salle de classe : atmosphère créatrice garantie ! Notre séjour chez eux est un vrai bonheur pour tous, entre les bons petits plats, les jouets à foison pour Timéo et cerise sur le gâteau, un bain très chaud à la Suédoise à l’extérieur.

mg_5304
mg_5309
mg_5311
mg_5313
mg_5315
mg_5323
mg_5324

Ayant établi notre camp de base à côté de Falun, nous en profitons pour découvrir la région avec au programme la visite de la maison de Carl Larsson (artiste suédois renommé du début du siècle dernier). Le village aux alentours est un parfait exemple de la tradition du pays avec des jardins très bien entretenus et des décorations de bon goût : tout est accordé dans les moindres détails avec un excès de chauvinisme.

mg_5329
mg_5332
mg_5334
mg_5335
mg_5338
mg_5339

La visite de la maison de l’artiste se fait uniquement guidée pour un prix exorbitant et une durée inconvenable aux enfants. Nous renonçons et préférons la visite de l’extérieur seulement avec la possibilité pour notre artiste en herbe de s’exprimer librement.

mg_5341
mg_5365
mg_5364
mg_5368
mg_5348
mg_5350
mg_5358
mg_5362

La journée n’est pas finie, on ne va pas à Falun sans visiter la mine désaffectée de cuivre permettant de fabriquer le rouge Falu (encore un site classé patrimoine mondial). A l’origine, le roi de l’époque (vers le 15ème siècle) avait commandé le toit de sa demeure en rouge. La légende veut que la mine permettant la création de cette couleur ai été découverte par un bouc qui serait revenu les cornes rouges après s’y être roulé. Par la suite, certains habitants locaux ont commencé à colorer leurs maison en bois avec ce pigment afin d’imiter les maisons en brique des bourgeois. Puis petit à petit cette tendance s’est propagée dans le pays jusqu’à devenir incontournable !

mg_5375
mg_5376
mg_5378

Nous préférons rester à la surface pour découvrir un énorme trou causé par un coup de grisou qui n’a fait aucune victime (il s’est produit pendant un des uniques jours fériés de l’époque).

mg_5379
mg_5380
mg_5397

De même, certains bâtiments chargés d’histoire nous délivrent leurs entrailles avec notamment une gigantesque roue à eau restaurée, une ancienne salle de tri de la matière première fait par les jeunes enfants de l’époque, et le plus grand « pont » de Suède (qui est en fait une passerelle passant par-dessus un ancien puits faisant 208m.

mg_5381
mg_5382
mg_5386
mg_5388
mg_5389
mg_5391
mg_5393
mg_5395

Nous terminons la journée au cœur de la ville pour notre lot traditionnel d’architecture avec en particulier une église dont les boiseries sont toutes peintes de bleu.

mg_5402
mg_5404
mg_5407
mg_5408
mg_5413
mg_5414
mg_5416
mg_5417
mg_5423
mg_5424
mg_5430

Il est peut-être inutile de dire que le pays est chargé de lacs, c’est donc au bord d’un d’entre eux que nous passons les derniers moments avec nos hôtes avant de repartir à l’aventure.

mg_5436
mg_5438
mg_5440
mg_5445
mg_5456

Sur notre chemin vers le célèbre lac Siljan (destination touristique prisée des locaux) nous tombons au beau milieu d’une manifestation d’anciennes voitures, pour la plupart américaines.
La région du Dalarna est un peu le « Far North » de l’Europe avec ses fermes gigantesques, les habitations affichant fièrement les couleurs du pays et véhicules les plus gourmands en carburant pouvant faire pâlir de jalousie leurs homologues outre-atlantique.
Du coup, pendant le week-end les Ford, Chevrolet, Dodge, Pontiac, Corvette des années 50-60 envahissent les bords du lac.

mg_5463
mg_5465
mg_5466
mg_5469
mg_5470
mg_5471
mg_5473
mg_5474
mg_5475
mg_5476
mg_5477
mg_5478
mg_5485
mg_5492

Nous arrivons enfin aux abords du lac Siljan qui s’est formé par une météorite il y a 350 millions d’années. Cette très grande étendue d’eau est le lieu idéal pour les vacanciers. Nous commençons notre parcours autour du lac par la ville de Rättvik avec son interminable ponton en bois qui autrefois servait de passerelle de bateau. Il fût récemment reconstruit à l’identique grâce à des donateurs qui ont leurs noms gravés dessus.

mg_5496
mg_5497
mg_5498
mg_5499
mg_5500
mg_5502

Puis découvrons les divers instruments de musique folklorique de la région comme des dulcimers, guitares, cornes de chèvres, flûtes et cornemuses. Les échantillons musicaux révèlent une musique traditionnelle très proche de la musique celtique et irlandaise.

mg_5505
mg_5506
mg_5507

Les alentours de Rättvik sont fournis en lieux historiques, c’est ainsi que nous commençons par son église dont les fondations datent du 13ème siècle avec un énième cimetière verdoyant dont l’entretien est à l’image du pays. Puis continuons par de très anciennes écuries qui servaient autrefois de « garage » aux fidèles et terminons par une stèle érigée en l’honneur du roi de l’époque.

mg_5512
mg_5511
mg_5519
mg_5521
mg_5522
mg_5523
mg_5524
mg_5525
mg_5527

Nous longeons le lac en suivant la Siljanlegen qui est une sorte de voie verte pour vélos qui en fait le tour. L’attrait touristique de la région rend le bivouac un soupçon plus difficile, mais comme nous l’avons vu dernièrement, les aires de baignade sont souvent très bien fournies en équipement et le camping est rarement interdit. C’est de cette manière que nous trouvons notre petit coin de paradis pour un repos bien mérité, et surtout une magnifique vue sur le lac au lendemain ensoleillé.

mg_5528
mg_5534
mg_5537
mg_5538
mg_5543

Nous quittons notre emplacement pour une dernière journée avant d’atteindre notre étape la plus boréale de notre voyage : Mora. Comme à notre habitude, nous ne rechignons pas à faire des détours pour voir les spécificités locales comme une ferme d’été. Il faut savoir qu’autrefois des jeunes femmes partaient avec un petit troupeau de chèvres dans les hauteurs de la région (celle-ci est à environ 300m d’altitude isolée dans la forêt à 8 km de la ville) pendant la belle saison pour y faire paitre les animaux. Elles pouvaient communiquer entre-elles à l’aide de porte-voix et passaient leur temps à traire les chèvres pour y faire du beurre, et du fromage qu’elles revendaient à leur retour en fin de saison. Nous avons fait un crochet via l’une d’entre-elles où une certaine partie de la tradition est conservée. Quel délice d’y gouter un des meilleurs beurre salé que nous ayons mangé jusque-là tartiné sur des galettes maison.

mg_5544
mg_5546
mg_5547
mg_5548
mg_5551
mg_5553
mg_5555

Enfin, on ne va pas à Mora sans s’arrêter par le petit village de Nusnäs qui est la Mecque des petits chevaux de bois si chers au suédois. Depuis le 15ème siècle les paysans (et ouvriers maintenant) fabriquent les traditionnels chevaux de bois aux couleurs chatoyantes à tel point qu’ils sont devenus un des symboles de ce pays. Une fabrication artisanale toujours manuelle (et à l’aide de machine outils pour la première découpe) qui ravit les touristes que nous sommes.

mg_5558
mg_5561
mg_5563
mg_5564
mg_5565
mg_5566
mg_5567
mg_5568

Voilà, nous avons atteint le 61° nord où le soleil de minuit n’existe pas véritablement, mais on peut vous dire que les journées sont EXTRÊMEMENT longues et que pendant la « nuit » (qui dure de 22h40 à 3h30) une lueur très forte (que l’on peut comparer à celle qui suit le coucher du soleil) est présente en permanence. Nous avons du mal à nous y faire et les nuits sont assez difficiles. Mais la luminosité permanente nous fait tenir debout, mais pour combien de temps ?

Nouvelle énigme pour obtenir un nouvel indice pour notre chasse au trésor :

- Combien de magasin IKEA avons-nous rencontré depuis que nous sommes en Suède ?

4 Réponses à “Le changement c’est maintenant”

  1. plissonneau juillet 2, 2013

    la suède est vraiment un très beau pays! c’est vraiment super de pouvoir visiter avec vous.
    pour les magasin ikea je dirais 4
    biz

  2. Aurélie juillet 2, 2013

    C’est fou comme la Suède me rappelle le nord-est des Etats-Unis (Boston, notamment) !! Ca donne envie…
    Je pense pour ma part que vous avez vu 7 magasins Ikéa !
    Bisous à vous trois ! (Timéo grandit à vue d’oeil, c’est impressionnant)

  3. julie juillet 2, 2013

    moi je dirais aucun magasin ikéa dans l’horizon

  4. Franky 44 juillet 3, 2013

    Toujours de belles photos et surtout l’histoire qui va bien avec…. Quel narrateur ! Félicitations. Bisous

    je dirai 3 IKEA

Laisser un commentaire


cinq + = dix