Le vélo, moyen de transport d’avenir ?

Publié le 18 septembre 2013, dans France Septembre 2013
mg_7784

Le réseau Warmshowers, au-delà de son principe d’hospitalité, met en relation un public cyclophile, vous l’aurez bien compris. Loin de nous la volonté de s’enfermer dans un cercle (ou une roue à rayons, choisissez) mais le grand avantage est que nos hôtes du deux-roues savent ce dont a besoin le cyclo-voyageur. Bien évidemment, les divers sujets sur le matériel, le mode de vie, les parcours et autres aventures sur la selle sont régulièrement abordés. Mais le plus intéressant parle souvent de philosophie autour de l’engin. Nous avons rencontré tellement de gens qui vivent le vélocipède de manière différente qu’il est très difficile de généraliser (et c’est tant mieux). Entres les voyageurs chevronnés ou occasionnels, ceux qui l’utilisent quotidiennement, ceux qui le découvrent voire même ceux qui ne l’enfourchent pas, chacun le défend à sa manière via ce réseau.
C’est donc tout naturellement que vient la question de la tendance et de l’avenir dans notre époque incertaine sur les moyens de transports à venir.
La question écologique :
- Comparé à un autre moyen de locomotion motorisé individuel, l’avantage de la bicyclette est indiscutable tant au niveau de l’énergie (même si le cycliste doit manger plus pour fournir l’effort nécessaire) que de sa fabrication.
La question économique :
- Un vélo bien entretenu peut durer très longtemps et les pièces d’usure sont peu onéreuses si l’on continue la comparaison automobile.
La question de la santé :
- Se mouvoir est une incroyable source de bien-être. On ne compte plus les sexa/septuagénaires qui nous ont doublés. De plus, le geste semble être un refuge pour les sportifs dont le corps à trop subi les traumatismes des autres activités.
La question sociale :
- Le vélo favorise le contact, c’est indéniable ; le bonheur du cycliste est communicatif. Pour les vélotaffeurs, les inconvenances liées à la sudation semblent facilement réglées avec des vêtements adaptés et une hygiène de vie rigoureuse.

Vous le comprendrez par cette apologie que nous sommes de plus en plus convaincus par ce mode de déplacement. Alors à vos selles !

Même les infrastructures se développent, et c’est par des autoroutes européennes du vélo que nous les expérimentons. Communément appelées Eurovélo, ces véloroutes sont les voies royales pour traverser les pays. Même si nous préférons laisser de la place à l’imprévu et aller où bon nous semble, il faut avouer que ces itinéraires sont bien aménagés et permettent de suivre une destination sans trop se préoccuper du cheminement loin des voitures.

mg_7728
mg_7717

C’est de cette manière que nous empruntons le tracé le plus connu d’entre eux, l’Eurovélo 6 (Saint-Nazaire <> Budapest).

Comme le dit Nougaro, septembre est le mois le plus tendre. Et même si la fraicheur devient de rigueur avec la Franche-Comté qui pointe le bout de son nez, nous traversons le Territoire de Belfort sans trop d’effort en suivant le canal du Rhône au Rhin avec Timéo qui s’essaie au colombin.

mg_7718
mg_7719
mg_7722
mg_7729
mg_7730
mg_7732
mg_7724
mg_7725
mg_7727

Ironie du sort, la véloroute passe par Sochaux-Montbéliard avec son immense usine PSA. C’est pour nous l’occasion d’effectuer une halte déjeuner, qui devait se faire dans une brasserie où personne ne vient nous servir, et se termine en pique-nique dans le vieux centre entre le château et le temple luthérien.

mg_7740
mg_7733
mg_7734
mg_7735
mg_7736
mg_7737

Nous amorçons la descente de la vallée du Doubs et le radical changement de décors nous ravit au plus haut point. La rivière s’est frayée un chemin entre les hautes collines conférant au tracé des courbures dignes du Rhin romantique que nous contemplons sans ennui le temps des éclaircies.

mg_7741
mg_7745
mg_7748
mg_7752
mg_7754
mg_7758
mg_7760
mg_7761
mg_7766
mg_7767

Le voyage au long-cours est une formidable occasion de peser la valeur des choses et notamment du temps. Dans nos sociétés modernes, le temps est probablement la denrée la plus convoitée. C’est en ce sens que nous pouvons vous affirmer à quel point nous sommes devenus riches en nous donnant le luxe de « prendre le temps » en ralentissant la cadence et en vivant pleinement l’instant présent.

mg_7769
mg_7774

C’est donc tout en douceur que le Doubs nous amène en la ville de Besançon qui est en plein travaux pour s’enorgueillir d’une nouvelle ligne de tramway.

mg_7837
mg_7838

Nous sommes très bien accueillis dans l’agréable demeure d’un couple de cyclos chevronnés après avoir essuyé quelques froides averses. Qu’il fait bon de se réchauffer et de se sécher autour d’une bonne tasse de thé. Joëlle et Pascal sont actifs, et utilisent la petite reine (en solo ou tandem) pour chacun de leur voyage et quotidiennement (ou presque pour Joëlle) dans leurs déplacements. Un bel exemple qui donne envie de suivre tant la simplicité de ce choix de vie s’est faite ressentir.
Nous oublions lamentablement d’effectuer notre traditionnelle photo souvenir et partons à l’assaut de la ville coiffée de sa citadelle (que nous ne visiterons pas finalement).

mg_7840
mg_7828
mg_7826
mg_7795
mg_7829
mg_7797
mg_7801
mg_7805
mg_7807
mg_7835

Quelques édifices attirent notre attention, comme l’église Saint-Pierre et son plan basé sur la forme d’une croix grecque.

mg_7790
mg_7791
mg_7793

Son hôtel-de-ville.

mg_7798

Sa cathédrale dotée de deux transepts opposés et de nombreuses chapelles latérales.

mg_7817
mg_7806
mg_7809
mg_7810
mg_7813
mg_7816

Ainsi que de nombreuses fontaines, portes fortifiées et demeures aux façades sculptées.

mg_7800
mg_7804
mg_7818
mg_7821
mg_7822
mg_7830
mg_7833
mg_7834

Nous reprenons notre monture pour atteindre Dole où nous avons réservé un gîte pour le week-end. Ce luxe tant mérité a été choisi pour marquer notre premier retour auprès des nôtres en commençant par nos amis Sonya et John qui sont les plus proches géographiquement.

mg_7844
mg_7845
mg_7846
mg_7848
mg_7851
mg_7856
mg_7857
mg_7858
mg_7860

Le gîte tient toute ses promesses et nous y trouvons un agréable camp de base isolé pour un repos maximum, de la détente autour de la simplicité entre vieux amis pour notre plus grand bien.

mg_7893
mg_7896
mg_7898
mg_7903
mg_7905

Nous trouvons même un moment dans ce très court week-end pour visiter les Salines Royales d’Arc-et-Senans classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Nous y découvrons avant tout un lieu atypique imaginé par l’architecte Claude-Nicolas Ledoux dont les nombreux projets utopiques avant-gardistes ont été matérialisés par de bien jolies maquettes. A noter que cet inconditionnel des colonnades grecques et autres particularités égyptiennes a été l’initiateur des salles de spectacles modernes en modifiant le plan des célèbres théâtres italiens pour plus de pragmatisme en la réalisation de celui de Besançon.

mg_7861
mg_7862
mg_7863
mg_7865
mg_7868
mg_7870
mg_7872
mg_7875
mg_7876
mg_7877
mg_7878
mg_7882
mg_7883
mg_7884

Il nous faut malheureusement quitter nos amis et reprendre la route. Le parcours s’annonce difficile avec une météo qui se gâte, nous devons affronter la pluie tous les jours avec une belle descente de température. L’ascension du canal du centre se fait sans véritable motivation, difficile de rester dans l’esprit du voyage dans ces conditions.

mg_7908
mg_7909
mg_7910

Heureusement pour nous, de belles rencontres s’annoncent avec une météo qui devrait s’adoucir dans cette Bourgogne si chère aux Suédois, à tel point que les panneaux d’affichage arborent fièrement les couleurs nationales du pays scandinave !

mg_7914
mg_7923
mg_7915

PS : Pour ceux qui veulent savoir où nous en sommes, voici l’itinéraire mis à jour : la carte ici.

6 Réponses à “Le vélo, moyen de transport d’avenir ?”

  1. Rik le Viking septembre 18, 2013

    la robe à ce prix là c’etait vraiment le moment de vous marier, maintenant on ne sait pas quand l’occasion se reproduira !

  2. Geneviève septembre 18, 2013

    Je ne m’assois que sur celle (selle) du vélo d’appartement! est-ce un début? (sourire)!!!
    le paysage ne varie pas!

    Bises à vous trois

  3. Amapeurriendimpossible septembre 19, 2013

    Oser parler de selle et ensuite de colombin, on vous sent un peu dans la m….
    mais, ça sent si bon la France.
    A très bientôt.

Laisser un commentaire


× sept = quarante neuf