Projet 2013

Comment grandir sans découvrir le monde ?
Et si on partait ?
Si on partait voir ce qu’il se passe ailleurs ?
Si on testait un autre mode de vie ?
Le nomadisme ?
Tellement envie d’autre chose, tellement envie de bouger.

Tant de questions, tant d’envies, peu de moyens… Et si la motivation pouvait être notre seul moteur ? Et si l’argent n’était pas un problème, enfin pas un trop gros problème…

Et si on prenait le temps de prendre le temps ?

Enfin voilà toutes ces questions fondamentales que nous nous posons depuis plusieurs années.
Les questions trouvent des réponses, les préoccupations matérielles s’allègent et petit à petit le projet se construit. Ni date, ni échéance précise mais ça nous trotte dans la tête toujours et encore. Ca ne nous empêche pas de continuer à vivre pleinement l’instant présent et de repousser le projet quand Timéo pointe le bout de son nez…
Une problématique de plus ? Un prétexte de plus pour partir … et la première question revient : comment grandir sans découvrir le monde ?

Ensemble depuis 12 ans, nous vivons notre vie à deux, et maintenant à 3 avec des envies communes comme celle de voyager, découvrir le monde, être en accord avec la nature et prendre le temps.
Avant la naissance de Timéo, nous parlions déjà de partir et nous nous sommes dit que cet enfant ne serait pas un frein mais plutôt un moteur à notre projet. En effet le voyage nous semble un bon moyen d’éveil.
Habités par un besoin d’authenticité, de simplicité et de partage nous décidons de partir tous les 3, de prendre ce temps de vie pour nous, centrés sur nous-même tout en étant ouverts au monde qui nous entoure.
Nous optons pour un moyen de locomotion écologique, adapté à notre rythme et qui nous apporte suffisamment d’autonomie : le vélo. De plus nous avons besoin de proximité et n’avons pas le même niveau sportif, le tandem semble couler de source. Celui qui pilote doit être vigilant et doit avoir la situation bien en mains. Le copilote quant à lui doit lâcher prise et se laisser porter, tout en guidant le premier et en vérifiant ce qui se passe derrière.

Cela nous correspond bien.

En effet après plusieurs essais en location, nous tombons sous le charme.
Nous décidons de nous faire plaisir et d’acheter la monture qui nous suivra dans nos efforts et nos découvertes.

Oui mais quel matériel ? Pour quel usage ? Quel budget ?
Et là quelle joie de prendre contact avec Patrick Rouillard qui nous confectionne le tandem de nos rêves !
Nous passons beaucoup de temps à nous occuper du matériel, nous qui sommes si peu matérialistes… mais quand on veut de la qualité il faut se renseigner et s’informer. De même, ce genre de voyage demande un minimum de compétences techniques pour faire face aux aléas.
Un grand merci à Patrick pour ses conseils avisés et sa réactivité quand nous avons besoin de lui.

La préparation du voyage se poursuit tranquillement, le temps de mûrir le projet, de lire les magazines Carnets d’Aventures, d’écouter allo la planète sur Le Mouv’ et de laisser à Timéo le temps de grandir.

La décision est prise environ 18 mois avant le départ : nous partirons en 2013, pour environ 6 mois.
Timéo aura 3 ans, n’ira pas encore à l’école, sera normalement propre et assez autonome.

Comme nous sommes des personnes prévoyantes nous décidons de faire un essai de 3 semaines pendant nos vacances d’été 2012. Nous sommes donc partis en Écosse où nous avons pu tester notre configuration matérielle et logistique. Un vrai bonheur de se retrouver tous les 3 à partager des moments inoubliables et des paysages grandioses.
L’itinérance nous convient bien. Alors maintenant que notre essai outre-Manche s’est bien passé, on part où ? Comment on s’organise ? On part quand ?
Des questions encore… il y en a toujours et nous y répondons les unes après les autres, doucement, car il va falloir passer l’hiver, si lent, si gris, si monotone. Et attendre patiemment 2013.

Le trajet prend forme, après pas mal de réflexions nous décidons de rester en Europe, minimiser les trajets en avion et passer plus de temps en voyage. Quels pays ? Quels paysages ?
Combien de kilomètres ? Et s’il y a trop de relief ? Et s’il fait trop froid ? Trop chaud ?
Les idées fusent, on se renseigne, on teste des tracés sur google map, enfin on poursuit nos recherches.

Fin décembre 2012, notre trajet prévisionnel est bouclé :
Nous allons suivre les saisons et traverser plusieurs pays afin de découvrir différentes façons de vivre, différentes cultures et paysages.

  • Sardaigne
  • Sicile
  • Italie du Sud
  • Iles Ioniennes (Grèce)
  • Albanie
  • Montenegro
  • Dubrovnik (Croatie)
  • Suède
  • Allemagne
  • France


Afficher Voyage tandem « six pieds sur terre » sur une carte plus grande

Le trajet en train jusqu’à Marseille est réservé, la traversée en ferry Marseille – Porto Torres est réservée et le vol Dubrovnik – Stockholm est aussi réservé. Pour le reste cela se fera au fur et à mesure de notre avancée.
Nous prévoyons de nous arrêter de temps en temps chez des habitants proposant le couchage via warmshowers ou couchsurfing, ce sera l’occasion d’échanger plus longuement avec des autochtones qui connaissent leur région et de partager des moments conviviaux.

Et maintenant que nous savons où nous allons, il nous faut un peu prévoir notre départ et surtout notre retour.
Le congé sabbatique de Maxime est accepté (du 4 mars au 1er décembre 2013).
Le préavis de notre logement est déposé, nous laissons les clés le 7 mars. Déménagement prévu quelques jours avant.
Nos meubles seront stockés chez Anne et Sam, des amis.
Toutes nos affaires seront stockées chez les parents d’Elodie.
Ca c’est pour le départ.

Pour le retour, plus on en parle plus ça devient anxiogène, le moins qu’on puisse dire c’est que ce sera un nouveau départ !
Squatter le temps de trouver un logement, touver un emploi pour Elo, trouver une école pour Timéo et de ce côté là nous avons aussi une vision alternative pour l’éducation de notre fils. Nous sommes donc en pleine réflexion concernant une entrée en école alternative (Steiner ? Montessori?) mais du coup ça aura une incidence sur nos choix, puisque les écoles différentes il n’y en a pas partout…

Ce voyage changera certainement notre vision du monde et notre retour risque d’être difficile mais ce voyage n’est pas une fuite, juste l’envie de vivre des choses différentes. Peut-être aurons nous envie de repartir, peut-être pas. Seul l’avenir nous le dira.