Retour aux habitudes

Publié le 6 août 2014, dans France 2014
mg_0346

Il est intéressant de noter que de revenir au voyage itinérant est un peu comme un retour à une bonne vieille habitude, même après 9 mois d’abstinence (enfin presque) les habitudes ont la vie dure. Comme quoi, même avec un mode de vie en rupture, c’est une autre forme de rengaine qui prend le relais, pour peu qu’on ait eu l’occasion d’en faire l’expérience. Après, contrairement à certaines routines du quotidien, celles-ci sont hautement plus acceptables dès lors qu’elles vous offrent un sentiment d’une plus grande liberté. Après il ne suffit pas de s’évader pour être libre, tout est une histoire d’état d’esprit. Et tant que l’on maîtrise ses choix, c’est gagné.
Bref vous l’aurez compris, on peut également se retrouver sous le joug de certaines contraintes, même en voyage et qu’il faut avant tout décider de ce que l’on souhaite pour garder du plaisir. Pour nous, les contrées reculées entre l’Auvergne et le Midi-Pyrénées apportent notre bonheur.

mg_0269
mg_0274
mg_0275

Tout commence à Cahors, d’une part parce qu’il nous fallait un point de départ à vélo (et accessoirement laisser notre voiture quelque part, merci Pascal) et également un début d’itinéraire assez accessible en terme de relief, en guise d’entrainement.
Nous jetons ensuite notre dévolu sur la mythique vallée du Lot, une toute petite partie pour le moment, que nous retrouverons plus longuement au retour. Et donc pour rejoindre le Cantal, nous bifurquons dans la vallée du Célé qui déjà est un véritable coup de cœur. Entre la petite rivière, les maisons troglodytes et les villages pittoresques, c’est très appréciable même si la météo reste incertaine.
mg_0276
mg_0278
mg_0279
mg_0282
mg_0284
mg_0285
mg_0286
mg_0288
mg_0291

Au passage nous visitons le « musée de l’insolite » encaissé le long du Célé et entretenu par un artiste dont les créations valent leur « pesant de cacahuète ». C’est peu dire, les créations plus ou moins suggestives à base d’expressions littéraires et autres figures de style, prennent vie sur un ton franchement décalé, c’est drôle et particulièrement bordélique (n’espérez pas y voir une photo, elles sont interdites). C’est donc avec le sourire que nous bravons l’orage pour rejoindre Figeac. Pas vraiment inconnue pour nous, les souvenirs reviennent après notre passage en 2011.

mg_0293
mg_0295
mg_0296
mg_0297
mg_0298
mg_0299
mg_0300
mg_0301
mg_0302

Par chance le soleil se dévoile pour nous sécher et nous poursuivons notre ascension vers Maurs. On prend volontairement un peu de hauteur pour éviter la route nationale et commencer à nous mettre en jambe avec les premières pentes à plus de 5%. On ne change pas sa nature, et en temps qu’être humain conquérant, c’est au sommet que l’éternelle satisfaction du point de vue dominateur (et surtout plus calme) nous récompense.

mg_0311
mg_0314

Donc en parlant d’habitudes, il faut renouer avec nos activités quotidiennes les moins passionnantes et reprendre les sempiternels montages et démontages de tente. Heureusement que notre chérubin grandit pour nous donner un coup de main.

mg_0318
mg_0319

C’est à partir de Maurs que commence notre ascension, au programme, 30km de montée avec un gradient assez faible pour rejoindre Aurillac via la vallée de la Rance. Cette véloroute conseillée pour nous est du meilleur choix tant l’ambiance hors de tout trafic y est agréable.

mg_0324
mg_0325
mg_0326
mg_0328
mg_0329

Le temps de trouver un petit emplacement de bivouac avant l’arrivée sur Aurillac.

mg_0333
mg_0336
mg_0345

Nous avions prévus de monter le Pas de Peyrol (au pied du Puy Mary). Seulement les conditions météorologiques sont mauvaises pour les 3 jours à venir (pluie et orages). C’est donc avec une immense déception que nous devons éviter cette magnifique ascension et choisir un plan B. A l’heure où nous écrivons cet article nous ne savons pas qu’elle itinéraire bis se propose à nous, le temps de ronger notre frein et nous trouverons.

7 Réponses à “Retour aux habitudes”

  1. JAMOT GRONDIN août 6, 2014

    Heureux de pouvoir vous suivre pendant votre périple.
    Effectivement, le temps n’est pas de la partie pour les jours à venir…… Courage !! BIZ

  2. Amapeurranci août 6, 2014

    Ne rongez pas trop le frein, il risque de vous être bien utile dans cette région montagneuse des Puys. Cela réveille des souvenirs de vacances, vieux de 25 ans maintenant.
    Timéo a bien grandi, vos mollets se sont endurcis… Il faudrait songer à une petite soeur pour lui faire découvrir les joies de la cohabitation et du partage… et le décharger de corvées de montage de tentes. je pense d’ailleurs contacter SOS Enfants Martyrs.
    Au fait, en passant à Figeac avez-vous eu une pensée pour notre ancien président Georges Pompidou. Ah ! j’oubliais qu’à l’époque vous n’étiez pas encore de ce monde
    Pédlez ! pédalez ! il en restera toujours quelque chose. Pourvu que votre effort ne se produise pas dans la choucroute.
    A bientôt.

    • Six Pieds sur Terre août 7, 2014

      C’est toujours un plaisir d’avoir tes commentaires avisés Roger.
      à bientôt.
      Elodie et Maxime.

  3. chiva patrick et marie-line août 7, 2014

    Avec ce temps hier une halte sur Aurillac aurait été profitable. Si vous êtes pas trop loin n’hésitez pas à nous contacter..Bon courage et encore content de m’être arrêté pour discuter un peu sur la place de Roannes st mary.
    Patrick et marie-line CHIVA

  4. Sonya août 7, 2014

    vous pouvez tenter chez Pauline peut etre…à Bort les orgues
    0676555637
    bisous!!!

    • Six Pieds sur Terre août 7, 2014

      Coucou, oui c’est vrai que cela aurait pu être possible, mais notre itinéraire va en sens contraire (et vu la difficulté à aligner les kilomètres dans la région, on va éviter le détour). Une prochaine fois peut-être.
      Bisous.

Laisser un commentaire


quatre × = vingt quatre