Singularités suédoises

Publié le 13 juillet 2013, dans Suède 2013
mg_5650

Quand on pense à la Suède et plus particulièrement à ses habitants on a rapidement le cliché des blonds aux yeux bleus vivants dans une société avant-gardiste en matière de droits de l’homme et d’écologie et avec une forte implication européenne. Certains faits marquants ont construit cette image comme le droit de vote des femmes dès 1921, son accueil des réfugiés venus de Finlande, Norvège, Danemark et Etats baltes pendant les guerres mondiales ainsi que sa neutralité pendant ces conflits mondiaux.
Cette image contemporaine pacifiste est peut-être un moyen de racheter un passé plus sulfureux. Il ne faut pas oublier que la Suède a passé une grande partie de son temps entre l’âge de fer jusqu’à la renaissance, à guerroyer avec ses voisins. De même, sa « neutralité » pendant les grandes guerres est très contestable sachant que le pays a vendu du fer des deux côtés du front pour permettre la fabrication des armes. Le pays est très avancé question recyclage à tel point que certains incinérateurs ont maintenant besoin d’importer des déchets étrangers pour continuer leur rentabilité. En outre, les activités minières et forestières ont fait des ravages sur les terres des Sami plus au nord, en Laponie.
Il est vrai que lorsque l’on quitte un peu les sentiers battus et qu’on échange plus avec la population de l’arrière-pays, on se rend compte que la Suède est beaucoup plus cosmopolite et pas forcément unifiée sur ses idées ou encore sur ses modes de vie. Sur notre route, particulièrement entre la région du Dalarna, du Värmland et du Dalsland on découvre une population plus pauvre, plus isolée et encore très marquée par les vagues d’immigrations passées. Nous ne savons pas véritablement si c’est la région qui veut cela, mais nous nous sommes posé la question si les suédois sont aussi nationalistes que certaines régions des Etats-Unis avec les fameux « red nec ». Toujours est-il que le vent change un peu dans le pays et que les sociaux-démocrates qui sont restés 80 ans au pouvoir après avoir construit un modèle quasi idéal d’Etat social sont en perte de vitesse au profit de l’Alliance pour la Suède (4 partis de centre-droit) avec son slogan : « Le travail d’abord ».
Aurait-on déjà entendu cela ?
L’immigration reste un sujet très chaud dans le pays qui semble avoir passé la crise après une politique fiscale rigoureuse.
Nous avons eu l’occasion de dormir chez des habitants assez singuliers car 3 fois sur 4 nous avons atterri chez des familles plus européennes que Suédoises. Entre un anglais, un italien, une argentine et une russe, on peut dire qu’ils ont chacun leurs raisons d’être dans ce pays et surtout un avis très personnel des comportements locaux. Ce qu’il revient systématiquement est la distance et relative froideur des suédois. Il est rare d’échanger avec ses voisins et de s’entre-aider. Les questions sur la situation sociale, maritale et tout ce qui peut être personnel sont considérées comme d’ordre privé et sont dévoilés après une très longue phase d’apprivoisement. Mais paraît-il qu’après coup, l’amitié enfin conquise devient extrêmement forte et pérenne.
Alors ne noircissons pas le paysage, cet aspect un peu sauvage est sûrement à l’image de la faune locale qui ces derniers temps nous a fait de très jolis cadeaux. Nous avons eu jusque-là l’occasion de voir subrepticement une martre, une loutre, de nombreuses biches, des renards et fait extrêmement rare : un lynx ! Malheureusement il nous a été impossible d’immortaliser ses instants furtifs car nous étions systématiquement à vélo, et le temps de dégainer, l’animal disparait.

Nous prenons la route vers le sud-ouest qui semble-t-il être la destination prisée des vacanciers. On voit de plus en plus de caravanes, camping-cars et avons de plus en plus de mal à trouver un bivouac au milieu des campings. Le droit de libre accès à la nature (Allemansrätten) a parfois la vie dure avec des petits panneaux d’interdiction de camper qui pousse sur les emplacements « idéaux » pour nous autres voyageurs au long-cours.
La première partie de cette conquête du sud se fait le long d’une ancienne voie de chemin de fer qui a été totalement réhabilitée en voie cyclable/piétonne/roller.

mg_5649

Quel plaisir de sillonner les forêts en dégustant les fraises des bois (très nombreuses en cette période de l’année) sans un seul véhicule à moteur à l’horizon (même s’il faut parfois pousser les arbres pour passer).

mg_5645
mg_5646
mg_5648

Le long de cette « Kläravsbanan » les aires de jeux, installations de pique-nique, et toilettes sont nombreuses. Nous nous sentons comme sur une autoroute pour vélos avec ses aires de repos.

mg_5658
mg_5659
mg_5660
mg_5661

Nous faisons deux haltes pendant le trajet chez des contacts couchsurfing. Etapes indispensables pour jouer, se reposer et se laver (même si les derniers avaient des soucis d’eau qui fait que la rivière était le seul endroit pour s’y rafraîchir) et échanger sur les fameuses particularités de ce pays.

mg_5630
mg_5642
mg_5655
mg_5657

Cette voie verte s’arrête malheureusement à Karlstad où il y fait bon vivre. Nous avons eu le sentiment de se retrouver sur Nantes avec son fleuve.

mg_5663
mg_5693
mg_5695
mg_5696
mg_5697
mg_5698

Petite étape culturelle donc, en visitant le fameux musée du Värmland qui met magnifiquement en scène l’histoire de la région, de l’âge de pierre au XXème siècle. On se croirait dans un décor de cinéma tellement la mise en scène est soignée.

mg_5694
mg_5674
mg_5675
mg_5676
mg_5679
mg_5683

Il y a également des expositions temporaires dans ce lieu très symétrique.

mg_5688
mg_5689
mg_5692

Enfin nous continuons notre périple rythmé par des jeux pour enfant, forêts, bivouacs sur les aires de baignade, itinéraires cyclables, baignade pour les plus téméraires et même tempête au cours d’une nuit mouvementée !

mg_5701
mg_5702
mg_5703
mg_5706
mg_5709
mg_5710
mg_5713
mg_5716
mg_5739
mg_5748
mg_5752
mg_5753
mg_5754
mg_5757
mg_5759

7 Réponses à “Singularités suédoises”

  1. Jean-Luc juillet 13, 2013

    les écrits sont tjrs aussi bien !
    j’adore les vidéos donc un p’tit peu plus, svp
    biz

  2. Rolf juillet 13, 2013

    I think all private signs « No camping » are illegal because they violate « Allemansrätten ».

  3. Xtinette juillet 15, 2013

    Bravo pour ce beau projet/voyage ! Nous sommes également de grands voyageurs et nous faisons pas mal de voyages avec nos vélos, nos enfants (1 an et 3 ans) et la carriole… Nous songeons également à partir sur plusieurs mois. Quand vous prenez l’avion, il faut payer assez cher pour les vélos n’est-ce pas ? Et la carriole, ça passe en pseudo poussette ? Là, vous êtes à la moitié de votre voyage je crois : arrivez-vous à tenir le budget fixé ? En tout cas, belle aventure inoubliable ! Bonne continuation ! (ps : votre fils est trop mignon !)

    • Six Pieds sur Terre juillet 17, 2013

      Salut,
      Merci pour ce commentaire sympathique.
      Pour le vélo dans l’avion, nous l’avons fait qu’une fois et c’était pas trop cher (70€ supplémentaires).
      La carriole une fois pliée passait en bagage en soute classique, donc pas de frais supplémentaires.
      Pour le budget, nous allons surement le dépasser, mais en ce moment c’est la disette ! Nous avons par éxemple payé qu’une nuit depuis 1 mois.

  4. XRumerTest février 13, 2015

    Hello. And Bye.

Laisser un commentaire


sept − = quatre