The Thermal Project

Publié le 10 août 2014, dans France 2014
mg_0354

En voilà une idée qu’elle est bonne, faire le tour du monde à vélo (quand c’est possible) des ressources thermales de notre planète. Allez, fantasmons un peu …

Il faut dire qu’après notre frustration d’ascension, nous avons dû trouver un autre sujet de motivation pour les nombreux petits cols à traverser.

mg_0349

C’est en direction de Chaudes-Aigues (comprendre Eaux-Chaudes) que notre imaginaire bouillonne. Grands fans des stations thermales que nous sommes, nous laissons notre rêverie s’égarer sur une idée folle. Si seulement nous pouvions rallier toute les stations thermales du pays, et pourquoi pas toutes les infrastructures à base d’eaux naturelles pour le bien être. Ensuite, nous pourrions en rédiger un guide pour les néophytes voir même pour les curistes avertis, sait-on jamais.
Il faut dire qu’il a bien fallu trouver un mobile aux nombreuses côtes à monter, en commençant par le col de Curebourse à 997m

mg_0353
mg_0365

Seulement la route est encore longue avant le graal. Nous testons et rencontrons les spécialités locales du Cantal en plus des routes pentues, à savoir les vaches, l’alcool à base de Gentiane, le fromage, les villages pittoresques et une population autochtone très serviable.

mg_0367
mg_0368
mg_0372
mg_0375
mg_0378
mg_0381
mg_0385
mg_0386
mg_0388

Sur le trajet, une autre curiosité pour le moins déconcertante attire notre attention. Cette année, la réserve hydraulique en amont du barrage de Sarrans est vidée pour maintenance. C’est donc l’occasion de découvrir les gorges de la Truyère telles qu’elles étaient à cet endroit, avec la partie habituellement immergée au sec. On redécouvre même quelques vestiges de l’ancien village aux abords de la rivière ainsi que l’ancien pont en pierre encore debout.

mg_0389
mg_0391
mg_0392
mg_0393
mg_0395

Et qui dit gorges dit montées, alors c’est reparti pour l’ascension avec un joli point de vue encore une fois sur les montagnes.

mg_0398

Bon et alors cette cure, on la commence quand ? Nous voilà arrivés à Chaudes-Aigues pour le repos tant mérité des voyageurs que nous sommes. Même si pour l’anecdote, il a fallu se (re)taper l’ascension pour accéder au camping local qu’ils n’ont pas pu mettre ailleurs qu’à côté du château qui surplombe la colline. Bon d’accord, la vue est magnifique …

mg_0403

Allez, c’est parti, on descend à pied sur le sentier qui arrive directement au village pour notre soin. Nouvelle expérience pour Timéo, la randonnée à pied. Pas facile vu le dénivelé, les locaux nous disent 10mn pour arriver en bas, nous en mettrons au moins 15.

mg_0419
mg_0420
mg_0421

Et voilà, le complexe thermal est là, bon faisons un tour au village avant d’y aller, car vu le tarif, on y restera que 2 heures. Du coup, autant prendre le temps de découvrir les lieux et les raisons de cette source d’eau chaude.

mg_0422

Pour l’histoire il faut dire que la source du PAR porte ce nom car elle servait beaucoup à l’époque à parer les cochons (épiler la peau après la saignée) tant elle est chaude. Car oui, elle est dite comme la plus chaude d’Europe à sa sortie, soit 82°C. Autant dire qu’il faut éviter d’y mettre les mains.

mg_0424
mg_0425

Cette abondante source a permis aux habitants d’y installer un ingénieux système de chauffage pour la plupart des bâtiments de la ville par les canalisations. Presque tout est chauffé grâce à elle, jusqu’à l’église dont la température ambiante peut atteindre 25°C après 4 jours de chauffe.
Nous déambulons donc dans cette ambiance aquatique et après avoir essuyé une belle averse bien fraîche, nous partons à l’assaut des fameuses eaux chaudes.

mg_0423
mg_0426
mg_0427
mg_0428
mg_0431

Et c’est en bon français insatisfait que nous trouverons finalement l’eau pas si chaude au sein du complexe, avec des installations semi-fonctionnelles et un prix trop élevé par rapport à ce que nous avons pu connaître jusque-là. Notre référence qualitative reste Le Monêtier-les-Bains à côté de Briançon, indétrôné jusque-là. Finalement notre petit protégé aura très bien apprécié et cela nous aura permis de reprendre des forces pour la suite. Au programme, les Monts d’Aubrac avec son plateau à plus de 1000m et la descente vers les gorges du Tarn.

Aucune réponse à “The Thermal Project”

Laisser un commentaire


− six = trois