Warmshowers et douches froides

Publié le 3 octobre 2013, dans France Septembre 2013
mg_8489

Notre périple touche à sa fin, ce n’est pas encore l’heure du bilan mais on peut dire que nous avons été profondément marqués par les rencontres humaines. Car même si la nature a été à la hauteur de nos espérances, on peut dire que l’être humain a régulièrement été au cœur de nos réjouissances. Que ce soit à travers son génie en inventant le vélo : un mode de transport formidable ! Ou bien par sa diversité avec toutes ses cultures et ses différents modes de vie sur une aussi petite région du globe que représente l’Europe. Ou encore avec sa générosité qui nous a tant touché et a donné une dimension toute particulière à ce voyage. Ou enfin par sa folie en créant des lieux et des monuments extraordinaires parfois au prix du sang et de l’asservissement.
Nous n’avons pas expérimenté de mauvaises rencontres, par chance diront certains, grâce à notre karma diront les autres. Toujours est-il que, ce soit de façon préparée via les réseaux sociaux ou complètement spontanée, nous avons été accueillis à bras ouverts par des gens ouverts et curieux. Grâce à ces tourdumondistes et autres voyageurs souhaitant réattribuer ce dont ils ont bénéficiés, il faut croire que la générosité est communicative. Il y a également les autres citoyens de ce monde dont le concept de propriété moins individualiste nous a enrichi et nous a amené à réfléchir sur notre condition. Nous sommes seulement tristes d’avoir été chassés par le responsable d’un camping qui était fermé après nous être tranquillement installés sur ce que nous pensions être les places de parking-pelouse à l’extérieur de ce dernier. Même si nous ne jetons pas la faute à ce propriétaire dans son droit en terrain privé, nous déplorons seulement que cette expérience fût sur notre territoire national !
Il est vrai qu’à voyager à travers de nombreuses difficultés sociales et économiques que peuvent rencontrer certains pays, nous avons également appris à apprécier notre situation et notre nation. Seulement, nous savons plus que jamais que nous avons aussi encore plein de choses à apprendre et à faire apprendre. Mais la France n’est pas à bannir pour autant, d’ailleurs le camping de Montsoreau est un bon exemple d’intelligence qui nous réconcilie avec le genre dont on avait été un peu échaudé par le passé (souvenez-vous du camping allemand hors de prix pour un service minable). En effet, on trouve pour les cyclos un petit bâtiment qui est censé répondre à nos besoins en matière de cuisine (gaz + frigo), quelques couchages à l’abri, ainsi que de nombreuses tables. La cerise sur le gâteau est un petit potager-verger en phase expérimentale disponible pour tous pour agrémenter les plats d’herbes aromatiques fraîches et de quelques légumes et fruits de saison … un bon exemple à suivre de près.

mg_8472
mg_8473
mg_8474
mg_8475
mg_8476
mg_8477
mg_8478

Mais avant d’en arriver là, la semaine passée fût très riche en émotions et découvertes en tous genre. Voici donc le récit rétrospectif d’une région extrêmement riche en patrimoine qui mériterait de nombreuses semaines pour en faire le tour, ainsi qu’une bourse bien pleine pour accéder aux nombreuses visites.

Heureusement le patrimoine humain reste toujours accessible et nous poursuivons notre périple en Val de Loire par une étape chez Anne et Fabrice qui nous accueillent en compagnie de leurs 3 enfants, Manon, Titouan et Augustin. C’est le ravissement général en particulier pour Timéo qui se trouve un compagnon de jeu à sa hauteur … enfin des vacances pour nous !

mg_8141
mg_8149
mg_8151
mg_8154
mg_8155

L’été indien bat son plein, nous rechargeons nos batteries en compagnie de cette grande tribu en jouant au Mölkky et autour de bons plats faits maison. Les points communs sont nombreux, et ils préparent un projet de voyage à vélo à 5 en Europe pour 2015 … tiens tiens tiens, on aurait déjà entendu cela quelque part !

mg_8159
mg_8161
mg_8162
mg_8175

Nous continuons à longer notre fleuve favori où débute le tronçon classé en 2000 par l’UNESCO au titre du patrimoine mondial en la ville de Sully-sur-Loire. La ville ayant été bombardée conserve peu d’intérêt à part son château impeccablement restauré à côté duquel nous faisons une pause casse-croûte (même pas le temps de chercher le fameux trésor de Sully désespérément introuvable depuis des siècles).

mg_8180
mg_8181
mg_8182

Et c’est reparti direction Saint-Benoît-sur-Loire qui abrite la fameuse abbaye bénédictine de Fleury. Il ne reste que la basilique qui a traversé l’histoire dont l’imposante tour carrée force le respect. Les sculptures des chapiteaux et du porche latéral sont magnifiques. Pour l’histoire, une certaine pucelle est passée par là pour se reposer lors de sa marche vers Reims pour le couronnement de son nouveau roi.

mg_8184
mg_8185
mg_8187
mg_8188
mg_8189
mg_8191
mg_8193

Un autre édifice religieux mérite notre attention à Germigny-des-Prés. En effet, un oratoire préroman, qui depuis s’est vu affublé d’une nef pour en faire une église, a conservé une splendide mosaïque sur une des absides. Composée d’environ 130000 tesselles de verre, le minutieux travail de l’époque confère au lieu une atmosphère d’exception.

mg_8199
mg_8196
mg_8197

Nous enchaînons les kilomètres avec un véritable tableau vivant en toile de fond.

mg_8200
mg_8201
mg_8202

C’est ainsi que nous arrivons en la ville d’Orléans, qui de par son histoire aurait pu être la capitale de la France. Son allure, alliée à sa modernité et son histoire lui confèrent un air de Nantes. Entre grands boulevards, artistes, tramway et architecture renaissance, on se sentirait comme à la maison.

mg_8203
mg_8205
mg_8206
mg_8207
mg_8210
mg_8212
mg_8211
mg_8213
mg_8214
mg_8215
mg_8218
mg_8253
mg_8254

Au cours de notre parcours, nous portons notre dévolu sur quelques incontournables. Nous commençons par la visite de La Maison de Jeanne d’Arc qui est une demeure à colombages qui aurait reçu la pucelle lors de son passage à Orléans. A part une animation graphique du plus bel effet retraçant la vie (la plus communément admise) de cette guerrière le lieu ne renferme rien de particulier. Mais revivre cette période charnière de l’histoire de France à travers ce que l’on suppose de la vie de cette Sainte est rafraîchissant.

mg_8204

Nous poursuivons par l’inéluctable cathédrale Sainte-Croix qui fût une très agréable surprise. N’étant pas à notre coup d’essai en la matière, celle-ci nous a particulièrement marqué par la qualité de sa restauration et par les richesses historiques et graphiques qu’elle renferme.

mg_8222
mg_8220
mg_8223
mg_8224
mg_8227
mg_8229
mg_8231
mg_8232
mg_8233
mg_8234
mg_8236

Enfin, petit passage à l’hôtel Groslot dont l’édifice en briques emmure un somptueux salon d’honneur et la salle du conseil (où se tenait les conseils municipaux … sûrement trop riche pour avoir une vision plus terre à terre de la vie de société). Après 2 soirées en bonne compagnie de Laure et Pierre, un couple de tourdemondistes adorables avec qui nous partageons aussi des points communs… (http://enviroulemonde.free.fr/)

mg_8239
mg_8240
mg_8243
mg_8244
mg_8246
mg_8247
mg_8258

Nous repartons conquis, et non conquérants, de la cité et enfourchons notre monture à l’assaut de Beaugency pour y découvrir une jolie petite ville au cachet médiéval où il fait bon de se reposer à l’écart de son pont du Diable un peu trop fréquenté par les automobiles.

mg_8273
mg_8268
mg_8267
mg_8262
mg_8259

En manque de tourisme d’envergure, nous prenons la route de Chambord pour y découvrir un château … tiens encore un ! Mais quel château !!!
Probablement le plus imposant de la région avec seulement 440 pièces, 282 cheminées, 77 escaliers, un domaine de 5440ha clos par un mur de 32km renfermant une faune de quelques 1200 sangliers, 500 cervidés, etc …
Tous ces chiffres donnent le tournis à tel point qu’il ne fût jamais réellement habité et que nous n’y battrons pas le pavé à défaut de trouver un lieu idéal pour y garder notre monture en toute sécurité.

mg_8274
mg_8275

A défaut de pouvoir tout visiter, nous faisons aussi l’impasse sur Blois avec une météo maussade qui nous encourage peu sur cette agglomération bien trop animée. Décidément le Loir-et-Cher ne nous sied point.

mg_8278

Nous conservons donc nos deniers pour nous attarder en Indre-et-Loire en débutant par Amboise. Résolument médiévale, les ruelles piétonnes amènent à la flânerie (surtout commerciale) et le double pont enjambant l’île d’Or apporte de jolies perspectives sur le fleuve.

mg_8281
mg_8279
mg_8282
mg_8283
mg_8287
mg_8289
mg_8290
mg_8291
mg_8292
mg_8294

C’est donc sous ce parfum de haute classe sociale que nous pouvons visiter le château, haut lieu de l’Histoire de France.

mg_8302
mg_8301
mg_8303
mg_8308

Même s’il n’en reste que 20% aujourd’hui, la visite permet de découvrir ce lieu si cher à Louis XII et Anne de Bretagne avec quelques éléments de mobilier remarquable comme ce piano à queue dont le placage est en palissandre de Rio !

mg_8310
mg_8312
mg_8314
mg_8315
mg_8316
mg_8318

Le lieu accueille également la dépouille présumée de Léonard de Vinci dans une petite chapelle dont l’intérieur intimiste est richement décoré dans le tendre tuffeau. Juchée sur un contrefort, elle se détache de la grande terrasse où fût jadis le reste du château dont la position dominatrice sur le fleuve offre de jolis points de vue (même si la météo ne nous aide pas le jour de la visite).

mg_8307
mg_8305
mg_8319
mg_8317

Pour la suite c’est au cœur de la tourraine que nous faisons une halte bien méritée. La cathédrale Saint-Gatien de Tours vaut le détour avec un melting-pot de styles dû à une durée de construction s’étalant sur 4 siècles pour obtenir le bâtiment définitif.

mg_8321
mg_8322
mg_8325

Les vitraux ainsi que l’émouvant tombeau des enfants de Charles VIII et d’Anne de Bretagne nous ont particulièrement impressionnés.

mg_8326
mg_8327
mg_8328

La ville de Tours semble très dynamique avec des nouveaux quartiers jonchés de grandes avenues tracées au cordeau, mais également un vieux centre très agréable où la restauration a colonisé les lieux.

mg_8331
mg_8332
mg_8333
mg_8329
mg_8334
mg_8339
mg_8341
mg_8344
mg_8345

Et mince, voilà qu’on a passé les 8000km !…

mg_8346

Les sols calcaires de la région qui ont permis la fabrication des nombreux châteaux à partir du tuffeau, sont issus de la sédimentation de la mer qui naguère occupait la place. Du coup de nombreuses grottes y sont dissimulées comme les très étonnantes Grottes Pétrifiantes de Savonnières.

mg_8347

Contrairement à la majorité des grottes dont la création prend plusieurs millénaires, celles-ci sont très jeunes et les concrétions peuvent se former en seulement quelques années.

mg_8348
mg_8349
mg_8359
mg_8361

En effet, la très haute teneur en calcaire des sols, et par conséquent de l’eau qui y circule, couplée à une activité intense de ces sources souterraines, permet une pétrification par couche successives de calcaire d’objets divers. En découle une véritable activité artistique dont le résultat est parfois surprenant de qualité avec l’utilisation de moule en creux avec des détails pouvant être très fins. Il ne faut juste pas oublier de bouger les objets toutes les 3 semaines pour éviter qu’ils se « collent » ensemble.

mg_8358
mg_8357
mg_8355
mg_8354
mg_8350

Sortis du trou, nous passons pas très loin de Villandry où un énième château se dresse le long de la départementale. Une vue aérienne sur un poster dévoile des jardins fort étonnants, et comme nous n’avons pas été véritablement séduis par les derniers visités, nous décidons de casser la tirelire pour les découvrir.

mg_8365
mg_8364
mg_8366

C’est donc après avoir contourné l’édifice et grimpé quelques marches que se dévoile un véritable bijou de jardinage à la Française.

mg_8367
mg_8369
mg_8370

Les premiers espaces s’avèrent très épurés ou assez « sauvage » et fleuris.

mg_8371
mg_8373
mg_8375
mg_8377
mg_8378

Ensuite vient le jardin des simples avec les fameuses herbes aromatiques, dont certaines sont étonnantes (comme la menthe chocolat au goût très prononcé !).

mg_8383
mg_8384
mg_8385
mg_8386
mg_8387

Tout ceci est somptueusement relié par de jolies allées ombragées par des vignes que l’on peut picorer … nous sommes arrivés à la bonne saison.

mg_8388
mg_8382
mg_8395

Et enfin s’offre à nous le magnifique jardin potager construit selon 9 grands carrés qui eux même suivent des formes géométriques parfaitement maîtrisées. C’est assez incroyable de voir ce que l’on peut faire avec des légumes surtout quand on connait les contraintes de rotation des cultures. Là aussi le moment de l’année est idéal où tout a bien poussé.

mg_8391
mg_8390
mg_8392
mg_8389
mg_8396
mg_8397
mg_8398
mg_8399

Pour terminer sur les châteaux de la Loire, nous nous offrons la visite de celui d’Azay-le-Rideau (qui est en réalité sur le bord de l’Indre).

mg_8404
mg_8405
mg_8407
mg_8408

Par chance, une exposition temporaire est proposée dans les combles sur le sujet des châteaux fantastiques pour les petits. C’est donc avec engouement (pour une fois) que notre chérubin sillonne le plancher à la découverte de ce monde imaginaire.

mg_8414
mg_8416

Nous ne sommes pas en reste avec la découverte d’un édifice à la charpente extrêmement bien étudiée et dotée de pièces élégamment meublées pour un voyage dans le temps du plus bel effet.

mg_8411
mg_8413
mg_8417
mg_8419
mg_8420
mg_8422
mg_8423
mg_8424
mg_8426
mg_8427

Bien évidemment la visite se termine par le passage dans le parc révélant de somptueux spécimens d’arbres qui ne demandent qu’à être contemplés à la concurrence de la gentilhommière qui se reflète dans son lac.

mg_8429
mg_8433
mg_8435
mg_8439

Nous quittons donc l’Indre-et-Loire sans oublier de faire une halte dans un des plus beaux villages de France, à savoir Candes-saint-Martin.

mg_8442
mg_8444
mg_8445
mg_8448
mg_8456
mg_8449
mg_8451

Nous parcourons les petits villages de l’Anjou encaissés entre la Loire et les coteaux. C’est la région du Saumur Champigny avec les maisons troglodytes. D’ailleurs, agréable surprise pour Elodie de redécouvrir Turquant dont le village métier d’Art troglo semble avoir tenu ses promesses.

mg_8460
mg_8462
mg_8463
mg_8464
mg_8465
mg_8471
mg_8480
mg_8489
mg_8491
mg_8482
mg_8486
mg_8487

Nous découvrons même ce que fût jadis un centre commercial sous-terrain qui a débuté au XIIème et est resté actif jusqu’au XIXème siècle. Les installations certes abandonnées mais sécurisées pour le tourisme permettent de se rendre compte des avantages qu’offraient le tendre tuffeau pour le commerce de l’époque.

mg_8492
mg_8493
mg_8494
mg_8496
mg_8497
mg_8498
mg_8499

Nous abordons donc la ville de Saumur dominée par son château. Les noms de ville sur les panneaux ainsi que les paysages nous sont plus que communs. Le voyage se termine c’est une évidence, il nous tarde maintenant de pousser sur les pédales pour les derniers kilomètres afin de retrouver nos familles et amis qui nous ont tant manqué. Une page se tourne pour une nouvelle aventure.

mg_8522
mg_8507
mg_8509
mg_8510
mg_8512
mg_8516
mg_8514
mg_8506
mg_8520

6 Réponses à “Warmshowers et douches froides”

  1. Aurélie octobre 3, 2013

    Wouhou ! Ils reviennent ! A très bientôt les amis !
    Aurélie

  2. Franky 44 octobre 3, 2013

    Les bords de Loire et ses châteaux, c’est très joli. Effectivement nous sentons que vous vous rapprochez du bercail, juste avant que le mauvais temps ne s’installe…… Nous aussi avons hâte de vous revoir pour pouvoir rêver encore en écoutant vos récits. Gros bisous à vous 3.

  3. RAYMONDE octobre 3, 2013

    Beaucoup de photos pour le plaisir des yeux, nous vous attendons avec impatience, bisous a vous 3. Mamie

  4. claire octobre 4, 2013

    Ah les châteaux de la Loire, tout un périple.
    Mais en effet il faut avoir une bourse très bien remplie pour avoir accès à certains ,nous en avons fait l’expérience cet été. Du coup, pour que ce soit plus ludique pour les enfants on a fait le parc des « mini châteaux » à Amboise c’était bien sympathique malgré la chaleur « caniculaire » qu’on avait eu ce jour là.
    Enfin bref…
    Ravis contents de vous savoir plus très loin d’ici et pressés de vous revoir pour vous faire des bisous et de se laisser compter votre voyage encore et encore.
    Gros bisous des machecoulais ;)

  5. Toutoun octobre 7, 2013

    Mais c’est très très proche de la fin ça le pays d’Anjou !!

Laisser un commentaire


sept × quatre =